11/24/2005

Le E-learning, vecteur de la mondialisation?


Le E-learning permet de diffuser des formations au-delà des frontières. On peut donc dire qu'il contribue à la mondialisation de l'enseignement. Il est désormais possible de suivre un cours de littérature délivré depuis Londres, Tokyo ou encore Madrid sans quitter la France. Le E-learning prône les échanges universitaires d'un pays à l'autre. Ce phénomène dû à l'essor du E-learning va permettre à des pays en voie de développement d'avoir accès à des formations dont ils ne disposent pas. Mais cette mondialisation comportent plusieurs risques : l'uniformisation de l'information. Qu'en reste-t-il des différences culturelles de chaque pays ?
Le deuxième risque qui se pose est celui de la domination des pays disposant des universités les plus puissantes. C'est eux qui détiennent le "capital informations". Il se peut qu'ils en viennent à imposer leur savoir et peut-être même leur vision du monde.
Je pense que le E-learning est quelque chose de positif dans le domaine de l'apprentissage. Il ne doit pas imposer un savoir, une culture mais bien au contraire il doit relier les peuples entre eux via les formations et permettre de découvrir des cultures différentes. Le E-learning doit servir de canal de transmission au savoir, unir les peuples. Il ne doit pas être un moyen de dominer le monde. Affaire à suivre...

Anne-Laure au pays des TICE


Envie de vous évader ? D'élargir vos connaissances ? J'ai le remède qu'il vous faut. Je vous invite à aller faire un petit tour du côté du blog d'Anne-Laure qui s'est intéressée aux TICE (technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement). Vous ignorez tout des TICE ? Vous êtes curieux ? C'est l'occasion d'aller jeter un coup d'oeil sur TICEblog ! Les articles sont clairs et très intéressants, soit dit en passant... Ils restent dans l'actualité, proposant plusieurs programmes des nouvelles technologies éducatives destinés aux grands comme aux petits. De plus, elle ne se cantonne pas à faire un état des lieux des TICE en France. Non ! Elle s'est aussi intéressée à ce qui peut se passer dans d'autres pays comme l'Espagne ou encore la Tunisie par exemple. Une vraie petite visite guidée. C'est la caverne d'Alibaba à l'information sur les TICE ! N'allez pas croire que je fais la promo du blog ! Les TICE sont un sujet qui m'intéresse beaucoup, thème faisant partie intégrante du E-learning. Je me voyais donc dans l'obligation de vous en parler. Pas possible de faire l'impasse là-dessus...
Vous qui êtes friands de TICE, ou vous qui souhaitez en connaître davantage sur le sujet, je vous conseille vivement d'aller consulter ce blog.

11/23/2005

Evènement mondial à Tunis


Avez-vous déjà entendu parler du sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) ? Cet évènement s'est déroulé en 2 phases : l'une a eu lieu à Genève du 10 au 12 décembre 2003 et l'autre à Tunis du 16 au 18 novembre 2005. Son but ? Réduire la fracture numérique. Cette initiative de développement a été lancée par l'UIT (union internationale des télécommunications). Elle a pour objectif la généralisation d'Internet et l'application des technologies de l'information et de la communication. Le but est de mondialiser les savoirs, donner une chance à chacun. Par exemple, la Tunisie va bénéficier du programme de "l'ordinateur familial" qui a pour intention de favoriser l'adhésion des étudiants à la société du savoir. Ne pouvant être exhaustive, je vous conseille d'aller visiter le site de la SMSI si vous désirez avoir plus d'informations sur ce sujet.
Beaucoup de pays ont été touchés par des projets qui concernent le E-learning. Une seule visée : connecter les peuples entre eux, donner le droit au savoir. Il y a eu plusieurs programmes d'écoles en ligne mis en place au Bangladesh, en Thaïlande. À Uganda, 15 écoles en milieu rural ont été connectées à Internet. Au Pakistan, depuis 2002, un programme d'apprentissage de la lecture est destiné aux jeunes filles et femmes habitant dans des zones rurales du pays. À Tunis , a été créée en 2002 l'Université Virtuelle de Tunis. Elle contribue à une forte économie de la diffusion des connaissances puisque elle se fait par le biais d'Internet. Son défi est de couvrir 20% des inscriptions universitaires en enseignement à distance pour l'année 2006/2007. L'UVT veut amener les étudiants à atteindre un bon niveau d'études et à utiliser les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Elle offre de nouvelles opportunités : la qualité et le choix d'apprentissage. L'Égypte aussi a été touchée par un projet très intéressant d'enseignement à distance : elle propose l'apprentissage de la langue arabe. Ce programme s'adresse à tout public.
Le nombre de projets intéressants qui ont été mis en oeuvre est vraiment impressionnant ! Vous pourrez les découvrir sur cette page Web.

11/10/2005

ENT: le Sud en retard



Vous remarquerez que notre Laguedoc Roussillon est souvent catalogué dans les régions qui marchent à reculons. En ce qui concerne le E-learning, on ne peut pas dire que le Sud soit une région pionnière. Suite à la lecture d'un article intitulé "ENT : des campus virtuels", on peut dire que le Languedoc Roussillon gagne à évoluer dans ce domaine. Même si la création d'un ENT (Espace Numérique de Travail) dans le Languedoc Roussillon fait preuve d'innovation, on observe un retard certain. En Bretagne, il y a déjà 4 établissements qui disposent d'ENT : 3 universités et 1 IUFM. Perpignan est la première ville de la région LR à avoir implanté l'ENT au sein de son université. L'ENT de l'UPV (Université Paul Valéry) à Montpellier devrait voir le jour d'ici peu. Le projet est apparemment terminé mais pas encore en ligne à la disposition des étudiants et des enseignants. Certes nous sommes en retard, mais nous aurons la chance, d'ici quelque temps, de goûter à l'ENT et de profiter de tous ses avantages. C'est un peu comme l'histoire du "lièvre et la tortue" de La Fontaine: nous avançons lentement mais nous gagnons.

Claroline, concurrent de WebCT


Claroline est une plate-forme tout comme WebCT. Elle est en Open Source et est traduite dans 30 langues. Elle touche le monde entier avec 60 pays déjà adeptes de ce support. Je vous invite à consulter ce site de Claroline qui offre une présentation générale. On y trouve tous les outils que l'on peut utiliser en tant qu'étudiants: forum, agenda, support vidéo, cours en ligne, groupe de travail... Cette plate-forme ne s'adresse pas seulement aux enseignants. Elle vise aussi les organismes d'éducation qui peuvent également mettre leurs cours en ligne. Ce site propose une démo qui permet de voir comment accéder à son compte personnel. On peut également télécharger l'application.
On peut consulter aussi la liste de toutes les écoles et organismes pour chaque pays qui utilisent claroline. La liste est longue, trèèèèès longue... Bel impact mondial !

11/08/2005

WebCT


WebCT est une des plates-formes les plus utilisées en France dans le cadre du E-learning. E-Enseignants et apprenants doivent donc se familiariser avec cet outil afin d'être performant dans sa manipulation. Voici un site intéressant qui s'adresse tout spécialement aux formateurs et apprenants qui désirent utiliser cette plate-forme et qui ne savent pas comment s'y prendre : Présentation pour enseignants et étudiants
Ce site propose tout une liste de questions qui répondent aux embûches que les enseignants pourraient rencontrer : définition, qu'est-ce qu'on peut trouver sur WebCT, les outils, l'accès (comment et qui peut y accéder). Ce site propose aussi un modèle de cours type WebCT ce qui me semble très bien. Il permet aux enseignants de se faire une idée sur la présentation des cours. Ils peuvent ainsi se familiariser avec l'outil.
Moi-même étudiante, j'utilise fréquemment cet outil dans le cadre de mes études. C'est une plate-forme qui me semble très utile et très pratique car nous disposons de tous les cours en ligne. Par contre, petits hics : on ne peut pas enregistrer les cours qui sont présentés sous forme de diapositives...véritable problème pour nous, étudiants ! Un autre problème se pose à nous : il arrive parfois que la plate-forme ne fonctionne pas. Ce qui nous empêche de consulter nos cours et de travailler correctement. Je souhaiterais avoir l'avis d'enseignants en ce qui concerne WebCT.

Enseignants réticents: pourquoi?


La formation à distance implique des modifications au niveau du savoir : dans son contenu à transmettre, sa structuration, sa formulation et sa présentation. L'enseignant va devoir adapter ses cours en fonction du support de transmission (Internet dans le cadre du E-learning) de façon à ce que les cours soient aussi pédagogiques qu'en présentiel. Car la mise en forme du contenu va jouer un rôle important dans l'acquisition des connaissances. L'apprenant y est sensible. Or tous les enseignants n'ont pas acquis ces compétences lors de leur formation. Certains se trouvent embarassés lorsqu'il s'agit de manipuler un outil technologique et/ou informatique. Cela représente une vraie difficulté. Ils doivent apprendre et développer de nouvelles pratiques, ce qui augmente leur temps de travail ; ce qui sucite des réticences envers ce type d'enseignement.
Mais ce n'est pas la seule explication à ces méfiances : certains enseignants considèrent cette méthode de formation comme un concurrent potentiel qui remettrait en question le rôle de l'enseignant. Ils en viennent à se demander si un cours à distance ne permettrait pas de se passer de l'enseignant ; ce qui m'étonnerait fort. Il faut bien que le cours ait une origine, qu'il prenne source quelque part : et c'est bien l'enseignant lui-même. Même si on assiste à un foisonnement des FOAD, l'enseignant reste irremplaçable. Il a un rôle essentiel qui est celui de transmettre son savoir et ce n'est sûrement pas l'ordinateur qui le fera à sa place. Ce n'est qu'un support, un moyen de communication. Le débat est ouvert...

11/03/2005

Du côté de l'enseignant

Dans les formations ouvertes et à distance (FOAD), la fonction de l'enseignant n'est pas supprimée mais modifiée au travers des modes pédagogiques différents de ceux des cours en présentiel. Faisons une petite comparaison de son rôle entre une formation présentielle et une formation à distance :
- en présentiel : l'enseignant sert d'intermédiaire, de médiateur entre les apprenants et le savoir. Il est l'acteur central de la classe : c'est lui qui anime et qui gère ses cours. Il peut reprendre des points du cours qui ont été mal assimilés. Il peut adapter la progression des cours en fonction de la difficulté exprimée par les apprenants.
- à distance : il n'y a pas la présence physique du formateur. Il ne dispose donc pas de ces informations (évoquées ci-dessus). Il ne peut pas réagir aux questions posées de manière spontanée comme en classe. Ce qui implique une modification au niveau du rôle de l'enseignant et de la transmission des savoirs qui passent par une médiatisation : "l'enseignement devient un produit fini médiatisé qui rejoint l'étudiant dans son cadre de vie" (F.Henri et T.Kaye, 1985). Le formateur est obligé de repenser son cours: il va devoir le construire et le présenter en fonction des éventuels problèmes et questions des futurs apprenants. Il doit donc au préalable se questionner : à quel type de public ai-je à faire ? ses niveaux ? dans quelles conditions va-t-il apprendre ? L'enseignant doit passer par ce travail d'anticipation. Son rôle va être de guider les apprenants dans leur démarche de travail, de les conseiller et de les accompagner.
Cette méthode de transmission des savoirs ne fait pas l'unanimité des enseignants. Ils sont assez réticents face à cette communication technologisée et nous en verrons les causes dans un prochain épisode.

11/01/2005

Comment accéder à l'information?


La plupart des établissements de l'enseignement supérieur (et beaucoup de sociétés privées) ont recours à l'élaboration de plates-formes de téléformation. Leur nombre et leurs fonctionnalités sont en constante évolution. Fin 2001, on comptait 182 plates-formes sur le marché mondial, mi-2002 près de 200 dont une trentaine utilisée en France et plus de 240 à ce jour selon Thot. Voici quelques exemples de plates-formes utilisées en France : WebCT, Claroline, Ganesha... Je vous en ferai la présentation ultérieurement.
À quoi servent-elles ? Elles permettent de diffuser des connaissances et des documents : cours en ligne et/ou téléchargeables, tests, exercices... Ces plates-formes offrent deux types de communication:
- asynchrone : transmission de documents, devoirs, corrections des devoirs, messageries, forums. La communication se fait de manière indirecte.
- synchrone : chats, visioconférences, gestion des inscriptions et des cursus. Dans le cas présent, l'apprenant et le formateur ont une interaction directe.
Ces plates-formes sont des outils pratiques qui offrent des possibilités variées. Elles permettent à la fois de faciliter et de dynamiser la situation de l'apprenant à distance. Voilà un outil de travail original...

10/29/2005

Individualiser ou isoler?

Pour mieux comprendre ce qu'est ce type de formation, il faut savoir que le E-learning se distingue de l'auto-formation, même s'il se recoupe en un point avec elle (nous verrons pourquoi par la suite), et de l'autodidaxie. Pour l'autodidacte, l'apprentissage se fait en dehors de toute institution. Il s'instruit lui-même, sans professeur.
Pour ce qui est de l'auto-formation, elle se définit comme étant la démarche individuelle engagée par l'apprenant dans l'acte d'apprentissage. Cette caractéristique commune dont je parlais tout à l'heure, porte essentiellement sur cette démarche engagée. Mais dans le cadre du E-learning, elle est plus ou moins assistée, guidée. On aurait tendance à avoir certaines pensées préconçues : l'apprenant est seul, livré à lui-même, pas de suivi de la part du formateur. Mais celles-ci ne sont que stéréotypes. Certes l'apprenant est seul devant son ordinateur. On parle souvent de formation "individualisée" mais ce n'est pas une réelle individualisation. Certaines caractéristiques font que l'étudiant qui a opté pour ce type d'enseignement ne se sente pas isolé: date limite d'inscription, travail suivi par le formateur, examens.
Malgré cela, c'est une formation qui requiert tout de même une grande capacité d'autonomie. L'apprenant doit être prêt à prendre en charge son apprentissage, ce qui demande une forte motivation personnelle. Et c'est donc une formation qui, à mon goût, ne fait pas l'unanimité du public.